pointypo–

C’est officiel: FontYou cessera ses opérations à la fin du mois de mars. Une mauvaise nouvelle dans le milieu de la typo française. En effet, malgré des investissements significatifs, une équipe étoffée et une productivité impressionnante, l’épopée FontYou doit s’arrêter. Un rappel assez rude pour qui pensait que de nouvelles fonderies ne cessaient d’apparaître, sans imaginer qu’elles puissent aussi disparaître.

D’un point de vue économique, qu’en déduire pour le marché français de la typo? Sans doute que celui-ci est encore loin d’avoir atteint une maturité suffisante pour générer le volume de ventes nécessaires qui aurait soutenu l’activité d’une structure relativement lourde. Malgré une réorientation du modèle initial (fonderie «collaborative») vers un modèle B2B (fournisseur de typo pour les grands comptes), puis vers un modèle de SAAS (distributeur en ligne et logiciel de gestion de fontes), cela n’a pas pris. Dommage, on aurait espéré que la très (trop?) grande variété du catalogue aurait pu permettre aux utilisateurs de reconnaître dans FontYou un one-stop-shop. Ceux-ci n’auront donc pas suivi. Il semble encore difficile dans notre hexagone de faire reconnaître la nécessité et la valeur, artistique comme financière, des acteurs-actifs de la typo, et de faire bourse délier pour quelques dizaines d’euros: les tarifs de FontYou étaient notoirement abordables. Ce n’aura pas été non plus faute d’avoir employé tout l’arsenal des méthodes de développement propres aux startups: levées de fonds, kickstarters, développements agiles, pivots et promotions. Dommage.

Artistiquement, FontYou aura pourtant tiré tous azimuts, et pouvait se targuer de détenir un des plus gros catalogues de caractères numériques français. Depuis, l’ex co-fondateur Gregori Vincens a créé une nouvelle société, BlackFoundry, sur un modèle de fonderie plus traditionnel, et a placé un ancien du cru à la tête de celle-ci: Jérémie Hornus. Il est donc probable que la fonderie soit davantage adossée à l’agence de communication 4uatre qu’à l’époque FontYou, où les deux structures se défendaient d’une telle connivence. En prime, le catalogue de FontYou a été tout simplement transféré à Blackfoundry il y a quelques mois déjà, au risque de créer une petite confusion. En attendant que BlackFoundry lance sa propre plate-forme de vente (en réemployant les technologies développées chez FontYou?), les utilisateurs devront donc se tourner vers les anciens concurrents de FontYou (MyFonts, FontSpring, FontShop) pour acquérir leurs licences.

Un commentaire

Laisser un commentaire