pointypo–

François Chasta­net nous propose un nouveau documen­taire sur les pratiques de la calli­gra­phie en milieu urbain. Après deux opus très remar­qués sur Los Angeles et São Paulo, c’est en Chine que nous porte l’intrigue de son nouveau repor­tage. Ici point de gang, ni d’esca­lade de façades, les acteurs sont des retrai­tés agissant aux yeux de tous. L’empire du milieu dont la culture millé­naire n’est plus à présen­ter, a vu naître dans les années 90 une pratique d’un nouveau genre, le «Dishu». Dans la cosmo­gonie chinoise ‹di›, le carré, repré­sente la terre, par exten­sion le sol (le cercle repré­sen­tant le ciel, le sacré) et ‹shu› signi­fie livre donc par associa­tion écriture. L’expression ‹dishu› signi­fie donc litté­ra­le­ment écriture carrée, mais le sens réel est dans ce contexte calli­gra­phie sur le sol: prati­quer une écriture éphémère au sol en utili­sant l’eau comme encre», nous expli­quait François Chasta­net lors de son dernier passage à Paris.

fc_dishu_aerial_01

Très populaire, ce phéno­mène récent est prati­qué quoti­dien­ne­ment par des milliers de calli­graphes anonymes dans les parcs ou sur des grandes places. La magie opère à partir de 6h du matin en été, telle une scène de ballet, des petits groupes arpentent les diffé­rents sols pavés trans­formés d’un coup en une immense feuille de papier. Armés d’un petit sceau et d’un pinceau à pointe en mousse, ces calli­graphes de l’aube commencent leurs danses matinales. Extraits litté­raires, poésies ou aphorismes sont tracés, l’espace d’un instant avec dexté­rité parfois décon­cer­tante.

fc_dishu_aerial_03

Pendant l’été 2011, entre Pékin, Xi’an, Shanghai et Shenyang, François Chasta­net a été à la rencontre de ces amateurs passion­nés. En atten­dant la sortie prochaine d’un ouvrage sur le sujet, des vidéos issues de ses travaux sont déjà acces­sibles. (un album Vimeo composé de nombreux plans séquences non coupés permet­tant de décou­vrir la fabrique des inscrip­tions dans leur totalité.)

Si vous voulez en savoir plus un inter­view a été réalisé par Steven Heller pour Imprint mag
http://imprint.printmag.com/daily-heller/grounding-chinese-calligraphy/

Page officielle du projet
http://francoischastanet.com/works/dishu-ground-calligraphy-in-china

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.