pointypo–

,

Zhe

Contre­point du Nouvel An chinois, mais aussi écho du congrès annuel de l’ATypI 2012 à Hong-Kong, une intro­duc­tion (modeste et mesurée) aux carac­tères chinois.
4000 ans environ nous séparent de la naissance de l’écriture chinoise, seul système ayant maintenu une conti­nuité avec son origine picto­gra­phique.

1,2 milliard d’individus au moins baignent dans les carac­tères chinois, en Chine populaire, à Taïwan, à Singa­pour et au Japon.

4 grands pays enseignent les carac­tères chinois : Chine populaire, Taïwan, Corée, Japon. En Corée et au Vietnam, où les carac­tères chinois ont joué un rôle histo­rique, le système d’écriture est fonda­men­ta­le­ment phoné­tique.

6 variantes majeures du chinois (manda­rin, canto­nais, taïwa­nais…) coexistent, sans inter­com­pré­hen­sion mutuelle. Par contre le chinois écrit est quasi­ment identique dans tout l’« Empire du Milieu ».

1 unique élément picto­gra­phique ou idéogra­phique : c’est ainsi que sont consti­tués les carac­tères fonda­men­taux, repré­sen­tants idéaux des origines imagées de l’écriture chinoise. Ici le picto­gramme « arbre » (un arbre stylisé) et l’idéogramme « origine » (arbre dont on a marqué les racines).

chinois_1

1=1+1 Radical (à valeur séman­tique) et élément phoné­tique composent l’immense majorité des carac­tères. Le pin se compose ainsi de la catégo­rie « arbre » et d’un carac­tère homophone du pin (comme un rébus).

chinois_2


1=1+1 Un système d’écriture semblable propo­se­rait, pour le pin français, un arbre (catégo­rie) et un pain.

chinois_2b

97 % Propor­tion des carac­tères chinois qui sont du type précé­dent (séman­tique + phoné­tique). Seuls environ 3 % sont du type simple origi­nel.

214 clés (ou radicaux) s’articulent comme compo­santes « élémen­taires » de tous les carac­tères, comme l’élément arbre ci-dessus.

1369 carac­tères incor­porent le radical arbre : bosquet (2 arbres), forêt (3 arbres), toutes les espèces d’arbres  ainsi que des objets et activi­tés liées au bois (comme le pont).

chinois_4

 

64 traits composent le caractère chinois zhé (« prolixe »), réputé le plus complexe, tombé en désuétude vers le Ve siècle.
Zhe

1964 Date de publi­ca­tion par Pékin d’une liste de 2238 carac­tères courants simpli­fiés pour en facili­ter l’apprentissage et l’usage.
chinois_5

3 formes diffé­rentes d’un même carac­tère peuvent coexis­ter : formes tradi­tion­nelles à Taïwan et à Hong Kong, forme simpli­fiée au Japon et très simpli­fiée en Chine populaire.
Chinois_3a

3000 carac­tères (au minimum) forment le bagage d’un collé­gien chinois — acquis de 9 années d’effort à raison de 4 heures d’étude quoti­dienne !

8 000 – 13 000 carac­tères sont employés dans l’édition non-spécia­li­sée.

100 000 Nombre dont s’approche un recen­se­ment complet de tous les signes ayant été utili­sés au moins une fois par les auteurs chinois (même les plus obscurs).

2 136 carac­tères courants (jôyô kanji) composent la liste du minis­tère de l’Éducation japonais. Documents officiels et manuels scolaires doivent s’y tenir. Le sylla­baire japonais permet d’écrire aisément tout autre mot.

23 058 Nombre de glyphes du jeu de carac­tères Adobe-Japan1-6. Conforme à la dernière norme japonaise (JIS).

1991 Naissance officielle en Califor­nie du système Unicode, visant un codage efficace des multiples systèmes d’écriture du présent et du passé.

64 000 positions (2 octets) initia­le­ment prévues dans Unicode. La norme permet mainte­nant de coder 1 million de signes diffé­rents.

21 000 carac­tères chinois inclus dans la première version d’Unicode (approxi­ma­tion).

70 000 carac­tères chinois dans la version actuelle d’Unicode (approxi­ma­tion) afin d’inclure les signes du passé.

1000/1000 Chaque carac­tère chinois occupe un espace carré (de 1000 unités dans les polices de type Postscript). Le texte est ainsi naturel­le­ment calé sur une grille ortho­go­nale.

20 polices numériques de carac­tères chinois dispo­nibles vers 1990 (estima­tion).

200 polices numériques  dispo­nibles en 2013 pour le chinois (estima­tion).

Le poten­tiel typogra­phique de cet univers — très peuplé — d’anciens et nouveaux lettrés est immense. Des liens plus étroits avec les pratiques typogra­phiques occiden­tales feront bouger les lignes ici et là-bas.

Un commentaire

  • Nathalie Hoffmann-Mabire says:

    Bonjour, Où trouver comment générer des grilles d’écriture en carac­tères non simpli­fiés ? Par avance merci de votre aide. Natha­lie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.