pointypo–

,

À l’occasion de la donation par le calli­graphe Roger Druet de 150 pièces à la biblio­thèque de l’Arsenal, cette dernière organise une rencontre le lundi 21 novembre à 18h30, ainsi que des visites guidées de la collec­tion sur rendez-vous.

Cette rencontre avec Roger Druet, au fil d’un dialogue avec Olivier Nineuil, créateur de carac­tères et vice-président des Rencontres de Lure, s’accompagne d’une exposi­tion de ses œuvres, pour évoquer son parcours d’homme de lettres et de carac­tères.

Typographe, graphiste et calli­graphe, Roger Druet a redonné à la belle écriture une place de prestige dans l’univers graphique français. Plongé dès son plus jeune âge dans le creuset du graphisme européen auprès de Munsch et de Cassandre, il côtoie de grands artistes tels que Paul-Emile Victor, André Masson, Jean Cocteau, André Derain et Balthus.
Entré à la fonde­rie parisienne Deberny et Peignot, il rencontre Adrian Fruti­ger, puis devient direc­teur artis­tique de plusieurs agences publi­ci­taires, où il travaille avec d’illustres affichistes tels que Jacques Nathan, Savignac, Raymond Gid et Cassandre. Ouvrant son propre studio de dessin, il réalise de nombreuses compo­si­tions pour des marques renom­mées, Lanvin, Pathé-Marconi, Roger & Gallet…
Désireux de trans­mettre son savoir, il enseigne pendant vingt-huit années à l’Ecole natio­nale des Arts appli­qués de Paris, et publie de nombreux ouvrages dédiés à la lettre, parmi lesquels : La civili­sa­tion de l’écriture (1976), De Dagobert à de Gaulle : écritures de la France (1985), L’allégresse de l’écriture (2009).
La calli­gra­phie et la décli­nai­son de la lettre sous toutes ses formes sont au cœur de ses recherches artis­tiques inscrites dans un univers poétique et musical. Sur la feuille ou la toile, il fait courir l’encre du calame dans un jeu de traits et de boucles à la recherche du point d’équilibre ultime. Crayon, aquarelle, gouache viennent appor­ter matière et profon­deur créant une gamme chroma­tique pour ses lettres virevol­tantes. Passionné par le livre d’artiste, il colla­bore égale­ment avec Michel Butor, pour Z (1986), Concert (1995), avec Kenneth White, pour Isola­rio (2002) et La route des moussons (2004).
En 2011 et 2012, Roger Druet a donné à la biblio­thèque de l’Arsenal près de 150 calli­gra­phies sous forme de peintures, aquarelles, dessins, sérigra­phies, réali­sées depuis les années soixante jusqu’à nos jours. Ce fonds contient aussi des affiches et des documents publi­ci­taires, des livres et des disques, témoins de la diver­sité du travail de l’artiste.

Lundi 21 novembre 2016 – 18h30-20h00
Biblio­thèque de l’Arsenal
1, rue de Sully — Paris 4e
Entrée libre sur réser­va­tion obliga­toire au 01 53 79 49 49 ou visites@bnf.fr

Image: Roger Druet, Voyelles, 1981 ©BnF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.