pointypo–

,

Ce séminaire d’histoire de la culture écrite vise à montrer comment la fabrique du livre – c’est-à-dire les condi­tions matérielles d’inscription et de circu­la­tion des textes – met en question les notions mêmes d’œuvre et d’auteur. L’année 2017–2018 mettra l’accent sur les choix (typo)graphiques, pour montrer que les pratiques et les théories en la matière et toutes époques confon­dues ne sont pas sans effet sur la consti­tu­tion du texte, ni sur sa récep­tion.

Ouvertes au public, ces confé­rences sont obliga­toires pour les étudiants de deuxième année du Master Recherche de la Mention Litté­ra­ture, philo­lo­gie, linguis­tique, pour les spécia­li­tés litté­ra­ture française, litté­ra­tures compa­rées, langue française et lettres classiques.

Le samedi 18 novembre (10–12h, 13–15, 15–17h) :
— Bernard Vouilloux (Profes­seur de Litté­ra­ture française, Paris-Sorbonne) : Voit-on quand on lit ?
— Rémi Jimenes (Maître de confé­rences, Univer­sité de Tours et CESR) : Politique et typogra­phie : Les carac­tères italiens dans la produc­tion impri­mée en langue française (Paris, 1520–1560)
— Loïc Boyer (Graphiste, direc­teur de collec­tion aux éditions Didier Jeunesse) : L’avant-garde, l’alphabet et le petit pompier ou Comment la lettre a pris son autono­mie dans l’album pour enfants

Le samedi 9 décembre (9–11h, 11h-13h) :

- Marc Smith (Profes­seur de paléo­gra­phie, Ecole Natio­nale des Chartes) : Les choix graphiques des manus­crits entre Moyen Âge et moder­nité
— Jacques Dürren­matt (Profes­seur de l’UFR de Langue française, Paris-Sorbonne) : Le paragraphe comme unité typogra­phique ou La bande dessi­née : art du vi/li-sible

Les séances se dérou­le­ront amphi­théâtre Descartes (entrée par le 17 rue de la Sorbonne). Entrée libre.
Plus d’infos ici

Image © Loïc Boyer

3 commentaires

Laisser un commentaire